• Nina BOSSARD NATUROPATHE

L’eau, cet élément vital


L’eau est indispensable à la vie. Pas d’eau, pas de vie. Si nous pouvons nous passer de nourriture pendant quelques jours, nous ne pouvons nous passer d’eau au-delà de quelques dizaines d’heures. L’eau est l’élément premier de notre organisme, constituant, selon notre âge, entre 65 à 80% de notre poids corporel, c’est dire son importance.


Les rôles de l’eau


Elément constitutif du sang, de la lymphe, du liquide céphalo-rachidien, et de chacune de nos cellules (eau intracellulaire), l’eau agit comme un grand transporteur, apportant éléments nutritifs aux cellules et emportant avec elles les déchets vers les organes de filtration et d’élimination.

Elle joue également un rôle thermique, permettant la régulation de la chaleur corporelle. Elle facilite la digestion, la circulation sanguine et est le support de toutes les réactions du corps. D’un point de vue naturopathique, l’eau est importante pour ce qu’elle emporte et non pour ce qu’elle apporte. Naturellement éliminée par les urines, par la peau, les poumons et les intestins, nous devons renouveler nos liquides d’en moyenne 3L d’eau par jour pour un adulte de point moyen (à adapter selon les saisons et la dépense physique). Sur ces 3l, la moitié est apportée par l’alimentation notamment par les végétaux qui sont généralement gorgés d’eau. La moitié restante est couverte par l’eau de boisson.


L’or bleu de demain…


Après l'or et le pétrole, l'"or bleu". L’eau est la ressource la plus convoitée de la planète, source de méga profits. Les géants de la finance parient sur sa valeur en hausse et de nombreuses banques et fonds de placements s'emploient à créer des marchés porteurs dans ce secteur, c’est dire son importance !


L’eau est une denrée essentielle qui s’appauvrit, et qui perd en qualité. L’homme, en polluant les nappes phréatiques et l’environnement, a abimé cet élément naturel indispensable à sa survie et à la survie de toutes les espèces. La qualité de l’eau n’est aujourd’hui plus du tout la même qu’auparavant. Et pourtant nous avons idéalement besoin d’une eau de boisson de qualité pour préserver notre organisme.


Une eau de qualité c’est une eau évidemment potable pour commencer mais pas que… C’est une eau impérativement peu minéralisée et exempte de pesticides, métaux lourds, perturbateurs endocriniens ou tout autre substance défavorables à la santé.


Les eaux en bouteille en plastiques sont un désastre écologique sans nom et sont suspectées de diffuser, à cause de leur condition de stockage, des perturbateurs endocriniens nuisibles à la santé. Mieux vaut donc s’en écarter au maximum. L’eau du robinet bien que traitée n’est pas non plus de qualité optimum. Les traitements obligatoires de l’eau de ville n’écartent en effet pas toutes les substances (résidus d’hormones, médicaments, pesticides, nitrates, aluminium, plomb). Certaines de ces substances ne font pas encore partie des paramètres à contrôler et nous n’avons pas encore suffisamment de recul pour dire si oui ou non à ces doses, elles peuvent causer tort à la santé. Par ailleurs, 96 % des eaux du robinet contiennent des substances chlorées, qui, en contact avec les matières organiques de l'eau (bactéries par ex.), formeraient des substances suspectées d’être cancérigènes.[i].


Qualité de l’eau


Pour toutes ces raisons, l’eau de boisson devrait être à minima filtrée ou purifiée. Charbon actif, céramique, argile, lampe UV, il existe aujourd’hui différents moyens de filtrer et purifier l’eau. Chacun de ces systèmes ont leur spécificités (et leur prix). Comme pour de nombreux achats utiles, il est conseillé de se renseigner sur les avantages et inconvénients de chacun de ces systèmes avant de faire son choix. Attention également à bien changer / nettoyer ces filtres qui lorsqu’ils sont trop chargés, saturent et relarguent, telle une éponge trop gorgée, les substances indésirables normalement retenues par ces filtres.


L’eau devrait par ailleurs être peu minéralisée sans être totalement déminéralisée. Il faudrait envisager un ratio 120-150 mg/l de résidus à sec à 180°. Les testeurs TDS permettent de mesurer la minéralité de son eau. Attention donc aux systèmes de filtration qui déminéralisent totalement l’eau comme la plupart des osmoseurs inverse. Certains systèmes d’épuration permettent après filtration et déminéralisation de l’eau de la reminéraliser voir pour certains de la dynamiser. Les travaux de Dr Benveniste et M Emoto ont démontré que l’eau enregistrait certaines informations (voir leurs travaux sur la mémoire de l’eau[1]). La dynamisation est un processus qui permettrait de « revitaliser » l’eau pour lui conférer une qualité informationnelle favorable. Pour en savoir plus : « Le miracle de l’eau » - Masaru EMOTO.


S’hydrater au quotidien

Enfin, notons que l’hydratation, pour être optimum, doit suivre certains préceptes. A ce titre, il est conseillé de boire des petites quantités au fil de la journée, de préférence en dehors des repas afin de ne pas diluer les sucs digestifs nécessaires à la digestion. L’eau devrait être préférablement bue à température ambiante. Infusions, thés, et autres boissons chaudes devraient être préparées à l’aide d’eau de boisson (et non du robinet).



Et pour aller plus loin : d'après les travaux du chercheur Louis-Claude Vincent, l’eau de boisson devrait avoir :

· Un pH compris entre 6 et 7

· Une faible minéralité : 120 mg maximum de résidus par litre à 180°c,

· Une résistivité située entre 6 000 et 100 000 ohms et légèrement réductrice (rH2 entre 24 et 28)

· Un rH2 (le potentiel d’oxydo-réduction) inférieur à 28


Nina BOSSARD NATUROPATHE

www.nina-bossard-naturopathe.fr


Références : [1] Selon ces travaux, l'eau aurait la capacité de mémoriser des informations et à les transmettre

[i]Groupe 2B selon le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer).

Posts récents

Voir tout
 

Formulaire d'abonnement

Merci pour votre envoi !